Chargement
Accueil // Ontario // Festivals et événements // Festival du Loup de Lafontaine, célébrer la culture et les racines francophones
retour

Festival du Loup de Lafontaine, célébrer la culture et les racines francophones

Avec Penetanguishene, Midland et Perkinsfield, Lafontaine fait partie d’un noyau francophone aux racines très anciennes, à quelque 150 kilomètres au nord de Toronto, dans la magnifique région de la Huronie. Lafontaine se distingue par son exceptionnel bassin d’artistes professionnels, dont plusieurs participent au Festival du Loup, créé en 2002. L’événement repose en majeure partie sur le conte, la chanson et la musique traditionnelle et folk, mais il accueille des artistes au répertoire pop contemporain comme le réputé Damien Robitaille, originaire de Lafontaine, ou d’autres provenant du Québec et de différentes régions de l’Ontario et du Canada. L’événement a lieu la troisième fin de semaine de juillet. Le groupe de bénévoles qui organise ce festival, La Meute culturelle de Lafontaine, tire son nom de la légende du loup de Lafontaine, une œuvre régionale marquante qui donne un caractère unique à ce festival, qui comporte un concours de hurlement de loup. La Meute monte aussi des expositions historiques temporaires.

 

Pour en savoir plus…

Un événement communautaire qui a pris son envol

Capture-d’écran-2017-12-18-à-18.33.28-300x195 -  - Festival du Loup de Lafontaine, célébrer la culture et les racines francophones
Statue du loup à Lafontaine

La première édition du Festival du Loup était en fait une activité de financement pour un projet de musée qui rendrait hommage aux pionniers francophones de Lafontaine. C’est pourquoi la Meute culturelle organise chaque année une exposition temporaire illustrant le patrimoine francophone régional et qu’elle caresse toujours le projet d’ouvrir un musée permanent. Cependant, pour la communauté de langue maternelle française somme toute peu populeuse de la région – environ 2100 personnes (selon le recensement de 2016) – le Festival du Loup s’est rapidement imposé comme un événement rassembleur important et une grande source de fierté, puisque plusieurs musiciens professionnels qui habitent ou sont originaires de Lafontaine participent au festival, tels Jean-Marc Lalonde, Éric Dubeau, Michel Payment, Ariko, Damien Robitaille – qui a commencé sa carrière nationale au Festival du Loup – et les écrivains Daniel Marchildon et Suzanne Desrochers qui y présentent des contes ou des conférences.

Capture-d’écran-2017-12-18-à-18.33.55-300x169 -  - Festival du Loup de Lafontaine, célébrer la culture et les racines francophones
La vente aux enchères des loups

Aujourd’hui, cet événement bien connu permet de faire rayonner la culture francophone de la Huronie à l’extérieur de la région et de maintenir vivants les liens qu’entretient sa population francophone avec sa langue maternelle. Car, comme dans toute communauté en situation minoritaire – les francophones représentent ici autour de 10 % de la population régionale –, le défi de conserver sa langue et sa culture est constant. Sur ce plan, le Festival du Loup et les expositions temporaires accompagnées de plusieurs activités d’animation, qui durent une semaine, au mois de novembre, jouent un rôle très important. La Meute culturelle de Lafontaine a aussi mis sur pied le projet des Contes de Lafontaine, en partenariat avec les écoles de la région, ainsi qu’une formation de conteurs afin d’enrichir la programmation du Festival du Loup et de maintenir vivante une tradition de conte et légende qui a marqué Lafontaine.

La légende du loup de Lafontaine

La légende raconte qu’en 1902, un loup errant tuait moutons, veaux et chevaux et terrorisait toute la population de Lafontaine. Or, celle-ci était divisée. Après le départ des Français qui fréquentaient la région dans la première moitié du 17e siècle, à l’époque des missions huronnes, quatre groupes successifs ont colonisé la localité. D’anciens voyageurs canadiens-français et métis de la traite des fourrures sont arrivés les premiers, en 1828. Puis, à partir de 1840, trois vagues d’immigrants se sont établies à Lafontaine, en provenance du Bas-Canada (le Québec d’aujourd’hui). Les premiers ont accaparé les meilleures terres ; les seconds se sont faits bûcherons en plus de cultiver la terre ; les troisièmes ont travaillé comme pêcheurs et bûcherons. Mais ces Canadiens français venus de Batiscan, de Joliette et des comtés de Vaudreuil et Soulanges se méfiaient les uns des autres et ne se mélangeaient pas. Or, d’après le curé Thomas Marchildon de la paroisse Sainte-Croix de Lafontaine, lui-même natif de l’endroit, qui a rédigé et publié cette histoire de loup en 1955, la bête sauvage menaçait tous les adultes, indistinctement, et tous se sont ligués pour la pourchasser et s’en débarrasser. Ce loup aurait donc permis de réunir enfin tous les habitants de Lafontaine et d’en faire une véritable communauté.

Depuis, cette histoire véritable – embellie en une légende rassembleuse – a été maintes fois reprise : racontée à la télévision en 1976, résumée en anglais en 1995, remontée au théâtre en 1997, republiée en version originale en 2007 et convertie en vidéo en 2013. Elle est toujours d’actualité à Lafontaine et sert à rappeler à tous qu’il faut s’unir. La légende du loup fait désormais partie du patrimoine culturel et de l’identité de la population de Lafontaine. Elle a trouvé place dans la toponymie avec « le chemin du Loup » et elle a inspiré la création du Festival du Loup, ainsi que le nom de la Meute culturelle de Lafontaine qui désire perpétuer l’impact rassembleur de cette légende.

Une petite communauté francophone dynamique

L’historien Gaétan Gervais identifie la très belle région de Lafontaine-Penetanguishene-Midland-Perkinsfield comme le « berceau de la civilisation française en Ontario » à cause d’une présence française durable dans la première moitié du 17e siècle et de sa colonisation précoce au 19e siècle. En comparaison à d’autres régions francophones en Ontario, les habitants de la Huronie sont néanmoins peu nombreux, bien que profondément enracinés. Cette communauté manifeste son dynamisme dans le journal Le goût de vivre basé à Lafontaine, la radio communautaire, le portail numérique (huronie.francoservice.info) et l’association culturelle francophone La Clé d’la Baie en Huronie situés à Penetanguishene, cette dernière étant d’ailleurs un partenaire du Festival du Loup. Lafontaine et Penetanguishene bénéficient en outre d’écoles françaises.

Galerie

Informations supplémentaires

Services en français en tout temps

Laisser un commentaire

Chez Le Corridor, nous nous soucions de la qualité de nos services apportés à nos utilisateurs Si vous souhaitez nous faire part de vos remarques et/ou suggestions concernant le Corridor ou un produit en particulier, il vous suffit de nous contacter en remplissant le formulaire ci-dessous.