Chargement
Accueil // Nouvelle-Écosse // Sites patrimoniaux // L’impressionnant patrimoine de la Forteresse-de-Louisbourg
retour

L’impressionnant patrimoine de la Forteresse-de-Louisbourg

La reconstitution de la ville-forteresse française de Louisbourg est l’un des plus impressionnants sites d’interprétation historique au Canada. D’épais et hauts remparts en pierre entourent comme au 18e siècle une cinquantaine de bâtiments, également en pierre, reconstruits selon les plans et les techniques d’origine. Dans ce bourg reconstitué, l’impression d’être transporté dans le passé est saisissante. Des dizaines de figurants en costumes d’époque montent la garde, tirent du canon, boulangent, forgent et fabriquent des embarcations, brodent, jouent de la musique et dansent comme aux plus belles années de la Nouvelle-France. Ils échangent librement avec les visiteurs et les font participer à plusieurs activités. Visiter Louisbourg, c’est faire l’expérience véritable d’une ville coloniale française en 1744.

 

Pour en savoir plus…

S’imprégner de la vie quotidienne au temps de la Nouvelle-France

Après un bref parcours en autobus, les visiteurs accèdent à la ville reconstituée comme s’ils avaient voyagé dans le temps. Une fois à l’intérieur de l’enceinte fortifiée, ils explorent les bâtiments meublés et décorés à l’aide d’objets d’époque ou fidèlement reproduits : les somptueux appartements du gouverneur, les belles demeures des commerçants, les austères casernes des soldats, les entrepôts remplis de tonneaux et de matériaux divers… Des apprentis artisans utilisent les outils du 18e siècle pour travailler le bois, le fer, la terre et le tissu, comme autrefois. Les visiteurs peuvent acheter le pain des militaires cuit sur place, ou déguster un repas composé d’aliments disponibles à Louisbourg en 1744, servi dans de la vaisselle d’époque, en formule abordable ou luxueuse, selon qu’ils se sentent davantage matelots ou capitaines. Les animateurs incarnent des personnages qui ont réellement vécu à Louisbourg : soldats et officiers, marchands, administrateurs, domestiques, pêcheurs ou esclaves.

Une journée entière est nécessaire pour explorer à fond cette ville reconstruite, pour se balader dans la vaste section en ruines qui témoigne de l’ampleur de cette ville improbable, construite au bout d’une terre maritime battue par les vents, et interagir avec tous ceux qui lui redonnent vie.

Deux Empires s’affrontent en Amérique

En 1713, la France doit céder définitivement Terre-Neuve et la majeure partie de la Nouvelle-Écosse actuelle – c’est-à-dire l’Acadie – à la Grande-Bretagne pour sauver d’autres parties de son Empire. Mais la colonie de la Nouvelle-France et les lucratives pêcheries françaises sur les Grands Bancs de Terre-Neuve sont encore menacées par l’expansion de l’Empire britannique. La France réagit en construisant une puissante ville-forteresse sur les côtes atlantiques : Louisbourg, qui sert non seulement de rempart contre l’ennemi, mais aussi de centre d’exportation de morue vers la France, et d’immense entrepôt qui stimule le commerce triangulaire entre la mère patrie, les Antilles et la Nouvelle-France.

En moyenne, 150 navires transocéaniques font relâche à Louisbourg chaque année. Cette ville-forteresse construite dans une région inhospitalière, où l’agriculture est difficile, s’impose comme un maillon essentiel du pouvoir économique et militaire de la France en Amérique du Nord. C’est pourquoi, en 1745 et en 1758, elle est la cible des attaques anglo-américaines et britanniques. Par deux fois, l’« imprenable » forteresse capitule après une quarantaine de jours de siège, principalement parce qu’elle manque de nourriture. La France récupère une première fois Louisbourg grâce à un traité de paix signé avec l’Angleterre en 1748. Mais la ville est rasée au sol en 1760 afin de convaincre les Français de renoncer définitivement à leurs colonies d’Amérique.

Un grand projet de mise en valeur historique et touristique

En 1928, la Commission des lieux et monuments historiques du Canada classe les ruines de Louisbourg « Site historique national canadien », vu l’importance des événements qui s’y sont déroulés. Le gouvernement exproprie les quelques dizaines de personnes qui habitent sur le site et ouvre un musée en 1936. Vingt-cinq ans plus tard, en 1961, commence le projet colossal de reconstruction d’un quart de la ville d’origine, sur la base d’une recherche archéologique et historique exhaustive, d’une envergure sans précédent. À son ouverture, en 1975, Louisbourg devient aussitôt une attraction touristique majeure, le fleuron de la mise en valeur historique au Canada. La somme d’information colligée est aussi impressionnante que les bâtiments reconstruits et fait faire un bond aux connaissances sur cette période historique et ce site en particulier.

Le savoir acquis s’incarne aujourd’hui dans le programme d’animation et d’interprétation offert aux visiteurs, dont l’objectif est de faire vivre aux participants une expérience mémorable d’« histoire vivante ».

Galerie

Informations supplémentaires

Services en français en tout temps

Laisser un commentaire

Chez Le Corridor, nous nous soucions de la qualité de nos services apportés à nos utilisateurs Si vous souhaitez nous faire part de vos remarques et/ou suggestions concernant le Corridor ou un produit en particulier, il vous suffit de nous contacter en remplissant le formulaire ci-dessous.