Chargement
Accueil // Québec // Au fil de l'eau // Tadoussac : les attraits géants d’une petite localité
retour

Tadoussac : les attraits géants d’une petite localité

Situé dans une magnifique baie, à l’entrée du majestueux fjord du Saguenay, Tadoussac est particulièrement réputé pour ses croisières d’observation aux baleines offertes depuis 1979. Ce site géographique privilégié a cependant une longue histoire. Pendant des siècles, il a été un carrefour amérindien. Au 16e siècle, il était un havre pour les chasseurs de baleines européens. La reconstitution de la maison Chauvin érigée en 1600, ouverte aux visiteurs, rappelle l’époque où Tadoussac était un important poste de traite des fourrures. La Chapelle des Indiens construite en 1747 évoque aussi la longue période de mission d’évangélisation auprès des Amérindiens. Les belles villas et le luxueux hôtel qui accentuent le charme du village sont hérités des 19e et 20e siècles, quand Tadoussac était un centre de villégiature très fréquenté. Depuis plus de 30 ans, chaque été, le Festival de la Chanson offre une programmation francophone relevée dans une ambiance festive quasi familiale. Tadoussac a toujours eu beaucoup à offrir aux personnes qui y étaient de passage.

 

Pour en savoir plus…

À couper le souffle

c013661k-300x196 -  - Tadoussac : les attraits géants d’une petite localité
Tadoussac en 1863, par William Henry Edward Napier

Que ce soit à bord d’un zodiac d’une douzaine de places ou d’un solide navire accueillant des centaines de passagers, l’observation des géants des mers que sont les rorquals communs et les rorquals bleus ou encore des sympathiques bélugas blancs est une expérience inoubliable. Les probabilités d’observer des baleines dans la région de Tadoussac sont très élevées, la réglementation protégeant les cétacés est sévère et l’industrie des croisières y est bien organisée. De plus, l’environnement naturel mariant les montagnes Laurentides, le fjord du Saguenay et l’estuaire du Saint-Laurent fait de cette région l’une des plus belles au monde où observer les baleines.

Aux yeux des visiteurs qui se promènent sur la plage de sable fin ou sur le long trottoir de bois qui la surplombe, le spectacle des montagnes qui entourent la baie de Tadoussac est grandiose. Lors d’une randonnée sur les rochers arrondis qui longent le fjord, ou sur la crête des collines qui dominent la baie, d’où les Amérindiens surveillaient les allées et venues de leurs alliés ou de leurs ennemis, découvrir la nature sauvage de la région fouette les sens. Tadoussac est aussi un centre de services pour des excursions dans les parcs nationaux terrestres et maritimes du Saguenay, situés à proximité.

Un village animé

Les maisons canadiennes et les villas cossues, les hôtels, les gîtes, les restaurants et les boutiques dispersées autour de la colline du village invitent à la détente et au plaisir. Au Centre d’interprétation des mammifères marins situé près du quai, une exposition sur les baleines et le personnel du Groupe de recherche et d’éducation sur le milieu marin renseignent le public sur cette attraction majeure. Au Poste de traite Chauvin – une réplique de la maison fortifiée construite par Pierre Chauvin en 1600 –, l’exposition À la rencontre de Tadoussac souligne le rôle historique de Tadoussac comme carrefour des cultures. La chapelle de Tadoussac qui fait face à la baie, classée immeuble patrimonial, est la plus ancienne église de bois encore existante au Canada. Son autel décoré de feuilles d’or rehausse la chaleur de ses murs et plafond intérieurs en bois et contraste avec la sobriété de ce modeste lieu de culte.

Tout juste voisin, le vaste hôtel Tadoussac offre une vue imprenable sur la baie. Sa longue façade blanche, son toit et son clocheton central rouges sont visibles de partout. Cet hôtel rappelle les belles années de Tadoussac en tant que centre de villégiature et l’importance de la collection d’antiquités canadiennes-françaises de William H. Coverdale, son propriétaire. Lors de sa reconstruction, en 1941, Coverdale, qui était aussi propriétaire des bateaux de croisière qui faisaient escale à Tadoussac, l’a décoré d’antiquités canadiennes-françaises dans un style qu’il qualifiait d’« habitant » (habitant style). Cette collection fait aujourd’hui partie du trésor national québécois conservé au Musée de la civilisation du Québec.

Chaque mois de juin, le Festival de la Chanson anime Tadoussac d’un feu roulant de spectacles dans l’église et sur diverses autres scènes intérieures et extérieures. Le village se transforme alors en capitale culturelle où le public, les artistes et les résidents se côtoient dans une chaleureuse intimité.

Histoire d’un carrefour culturel

a023521-300x180 -  - Tadoussac : les attraits géants d’une petite localité
L’Hôtel Tadoussac

Tadoussac est situé au croisement de deux vastes bassins hydrographiques, ceux du Saguenay-Lac-Saint-Jean et du fleuve Saint-Laurent. C’est pourquoi des nations autochtones viennent y chasser, y pêcher et s’y rencontrer. Au début du 16e siècle, l’arrivée de pêcheurs basques, bretons et normands donne encore plus d’importance à Tadoussac. Ils y profitent de l’abondance des baleines qui se nourrissent dans la région de la grande quantité de plancton que génère le brassage de l’eau douce du Saguenay et de l’eau salée du Saint-Laurent, en ce temps-là comme aujourd’hui. À la fin du 16e siècle, les produits européens que convoitent les Autochtones qui ne savent pas les fabriquer, comme le tissu, les objets en fer et les armes à feu, font désormais l’objet d’un commerce intense qui remplace en bonne partie la pêche. Car les fourrures de castor qu’obtiennent les Européens en échange des biens manufacturés qu’ils procurent aux Autochtones valent leur pesant d’or en Europe. Tadoussac devient un important centre de traite des fourrures, une activité qui amène les Français à s’allier solidement aux Innus et aux Hurons, puis à s’établir de façon permanente à Québec en 1608.

a069224-v8-300x211 -  - Tadoussac : les attraits géants d’une petite localité
Le SS Saint-Laurent sur le quai de Tadoussac vers 1942

Au début du 19e siècle, les croisières de distinction font fureur auprès des riches Anglais, Écossais et Canadiens français de Montréal et de Québec qui aiment se reposer à la campagne, en été. Dès la construction du premier hôtel Tadoussac, en 1864, l’endroit s’impose comme la plaque tournante des croisières sur le Saint-Laurent et le Saguenay, un positionnement que renforce la décision du gouverneur général du Canada, Lord Dufferin, de se construire une résidence d’été à Tadoussac en 1872.

De nos jours, la clientèle internationale des croisières aux baleines renoue avec le passé de carrefour multiculturel de Tadoussac.

Galerie

Informations supplémentaires

Services en français en tout temps

Laisser un commentaire

Chez Le Corridor, nous nous soucions de la qualité de nos services apportés à nos utilisateurs Si vous souhaitez nous faire part de vos remarques et/ou suggestions concernant le Corridor ou un produit en particulier, il vous suffit de nous contacter en remplissant le formulaire ci-dessous.